André Ailhaud
Collège
Volx
 

Le voyage

lundi 21 juin 2010, par Administrateur

LE VOYAGE

« Oradour honte des hommes
- Oradour honte éternelle »
- Jean TARDIEU, Les Dieux étouffés, 1946, Seghers.

Suite à la sélection du jury, l’U.F.A.C. (Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de guerre) a invité les lauréats et leur professeur, du 19 au 21 mai 2010, à un voyage au village martyr d’Oradour-sur-Glane (10 juin 1944 – 642 habitants massacrés par la division Das Reich). Ce voyage a été organisé par les associations d’Anciens Combattants des Alpes-de-Haute-Provence. Nous remercions chaleureusement M. Maurice Barret, Président de l’U.F.A.C. ainsi que M. Gérard Bertholet, organisateur du séjour. À l’occasion de ce voyage, les élèves qui l’ont voulu ont pu également participer au Concours de la meilleure photographie d’un lieu de Mémoire. Pour plus d’informations sur ce concours voir le site de la Fondation de la Résistance . Au moment où nous rédigeons cette présentation, nous n’avons pas encore les noms de tous les participants.


Visite d’Oradour-sur-Glane

Ce fut un voyage bien organisé, passionnant et bouleversant. En effet, visiter un village détruit par la barbarie nazie n’est pas anodin. Imaginer des militaires massacrant d’innocentes personnes et détruisant un bourg est beaucoup plus impressionnant en voyant ce qui en résulte. La vue des ruines et des objets de tous les jours éparpillés et dégradés est vraiment très émouvante.
- Mathilde Humbert, 3e3.

JPEG - 78.3 ko
Monument aux Martyrs d’Oradour, 1944-1945
Sculpteur : Apel. Les Fenosa.

En 1944, le sculpteur républicain catalan Fenosa, réfugié en France, reçoit la commande par le Comité de Libération du Limousin, d’un monument destiné à commémorer le massacre d’Oradour-sur-Glane. La photo a été prise face aux ruines du village. Les branchages du premier plan peuvent faire penser à des barbelés et cette statue qui représente une femme enceinte dans les flammes rappelle l’horreur vécue par les habitants d’Oradour, le 10 juin 1944.
Paroles de Paul Éluard figurant sur le socle : « Ici des hommes firent à leurs mères et à toutes les femmes la plus grave injure : ils n’épargnèrent pas les enfants. »

Photo et légende : Julie Rolland, 3e3,
avec compléments apportés par le professeur.


JPEG - 52.4 ko
Ruines et ciel à Oradour.

Cette photo a été prise dans les ruines du village. On voit un morceau de toit et de gouttière, un fil électrique [1], le haut d’un mur et une cheminée qui a l’air d’être à peine abîmée par le temps. On s’attendrait presque à la voir fumer. Elle résiste au temps sur une maison en ruine.

Photo et légende : Julie Rolland, 3e3,
avec compléments apportés par le professeur.

 
Notes :

[1Au début du XXe siècle, le village se modernise avec l’arrivée de l’électricité et des chemins de fer départementaux de la Haute-Vienne qui relient le village à Limoges distante d’une vingtaine de kilomètres. (www.wikipedia)

Collège André Ailhaud – Rue Pierre Mendes France - 04130 Volx – Responsable de publication : Le(a) Chef d'établissement
Dernière mise à jour : lundi 20 mai 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille